Terry Fox

juillet 19, 2010 by

Terry Fox est devenu un héros aux yeux de nombreux canadiens pour son “Marathon de l’espoir”, un exploit qui lui donna droit à une statue en face de la colline du parlement à Ottawa, la capitale de la nation1.

Né en 1958 à Winnipeg, Fox déménage à l’âge de 8 ans avec sa famille vers la Colombie Britannique où il devient un joueur passionné de basket. En 1977, une douleur continue dans sa jambe droite est diagnostiquée comme un Ostéosarcome, une forme agressive de cancer des os. Sa jambe dû être amputée au-dessus du genou, et Fox endura un intensif traitement de chimiothérapie.

Il réussit à conserver une attitude positive tout au long de son traitement et de sa rééducation, en particulier lorsqu’il apprit que les avancées médicales récentes lui donnaient 50% de chances de survie, alors que quelques années plus tôt elles n’auraient été que de 15%. Il se mobilisa pour récolter des fonds pour la recherche contre le cancer, pour aider ceux souffrant de différentes formes de la maladie.

Malgré une douleur prononcée causée par sa jambe artificelle, Fox s’entraina et termina un marathon à Prince George en août 1979. Inspiré par ce succès, il conçu son projet de Marathon de l’Espoir – courir à travers le Canada au rythme de 42 km chaque jour (la distance d’un marathon).

Il commença le 12 avril 1980 à St John, à Terre-Neuve, avec une petite cérémonie où il trempa sa prothèse dans l’océan atlantique, dans l’intention de répéter ce geste quand il atteindrait le pacifique, des milliers de kilomètres plus tard. On trouve un petit monument à l’endroit où il accompli ce geste.

Beaucoup de gens pensent que ce monument devrait être mieux mis en valeur : il n’est pas mentionné dans les documentations touristiques de la ville, et globalement difficile à trouver.

Terry Fox commença son Marathon de l’Espoir avec pour objectif de récolter 1 million de dollars pour la recherche contre le cancer. Au fur et à mesure de son avancée dans le pays, l’attention du public et les donations augmentèrent de manière importante, alors il remonta son objectif à 1 dollar par habitant du pays (24 millions à l’époque).

Malheureusement, après 143 jours et plus de 5.300 km, il fût contraint d’abandonner à cause de la douleur, et on découvrit alors que son cancer s’était étendu à ses poumons. On peut voir un grand monument et un panorama à l’endroit où il s’arrêta sur l’autoroute transcanadienne à la sortie de Thunder Bay.

La chimiothérapie n’arriva pas à endiguer la progression de la maladie et Terry Fox décéda 9 mois plus tard, après être devenu le plus jeune Compagnon de l’Ordre du Canada.

La récolte de fonds continua en son nom, et des courses “Terry Fox” ont lieu tous les ans dans des milliers de villes à travers le pays, et même dans le monde. Aujourd’hui, environ 500 millions de dollars ont été donnés aux différents programmes de recherche contre le cancer.

On trouve des routes, des écoles et de nombreux bâtiments à son nom dans tout le Canada, et il figure sur une pièce de 1$ tirée en 2005. La province de Colombie Britannique a baptisé un parc provincial en son honneur.

Le monument le plus à l’ouest est une statue dans le parc Beacon Hill de Victoria, le point de destination du Marathon de l’Espoir. Il porte une citation de Terry : “Dreams are made possible if you try” (“Les rêves deviennent possible si vous essayez”).

Plus d’informations sur la Wikipédia ou le site de la CBC, tandis que la Fondation Terry Fox donne des détails sur la récolte de fonds.


  1. Comme nous l’avions déjà remarqué, l’algorithme de flou des visages de Google ne peut pas faire la différence entre les vrais passants et les statues!