Love Canal

mai 7, 2009 by

L’un des premiers articles de Google Sightseeing VO en 2005 parlait des Chutes Niagara. A quelques kilomètres de là, on peut tomber sur un autre site que l’office de tourisme local vante certainement un peu moins. Dans les années 1970s, le Love Canal était au centre d’un scandale de santé publique puisqu’il s’avère qu’il a été construit sur 21.000 tonnes de déchets toxiques.

Aujourd’hui, le site du canal semble bien innocent: les maisons et les écoles ont été rasées, laissant une prairie verte (délimité par une clôture de fil barbelés de 2,4 mètres) et une usine de retraitement qui empêche la propagation d’eau contaminée.

lc1

Le canal lui-même1 date de la fin des années 1890s : il s’agissait surtout d’une tentative de détourner l’attention des Chutes Niagara. Comme les villes aux alentours grandissaient, les zones d’excavations abandonnées furent utilisées comme des décharges publiques et dans les années 1940s, par l’usine chimique du coin. Lorsque les trous furent remplis, on les recouvrit de terre.

Par une malheureuse coïncidence, c’est peu après que les autorités du coin se mirent à chercher de l’espace pour construire de nouvelles écoles. En plus de deux écoles, ce sont des centaines de maisons qui furent construit juste au-dessus de cette bombe toxique. Les résidents commencèrent à remarquer des problèmes de santé et des trucs bizarres qui sortaient du sol, et pour finir le gouvernement fit évacuer la zone.

Un peu à l’ouest, vous pouvez toujours voir les rues des lotissements et les fondations des maisons qui ont été démolies.

lc2

Street View montre une zone désertée avec des panneaux de signalisation défraichis et des mauvaises herbes envahissantes. Le jour où la voiture de Street View est passée par là, il y avait en plus des nuages noirs de circonstance qui ajoutaient à l’atmosphère post-apocalyptique.

lc3 lc4 lc9

A l’est du Love Canal, la plupart des maisons a disparu, mais quelques têtes de mules sont restées là. Ca semble être une zone agréable à vivre, si vous choisissez d’ignorer ce qu’il y a sous vos pieds.

lc5 lc6

A plusieurs endroits des environs, de nouvelles maisons ont même été construites. A quelques pas des démolitions précédentes, on trouve des appartements en construction; et un peu plus au nord, des centaines d’habitations entourent le site de l’école de la 93e rue, l’une des deux qui furent fermées à cause de la contamination.

lc7 lc8

Love Canal n’est pas la seule communauté américaine à avoir succombé à la pollution chimique à cette époque. La ville de Times Beach, dans le Missouri, fût évacuée et complètement rayée de la carte au début des années 1980s après la découverte de dioxine dans les produits utilisés pour nettoyer les rues. De nos jours, cette zone est un parc d’état mais on peut encore nettement distinguer les tracés des routes.

lc10


  1. Il tire tout simplement son nom de son concepteur, William T. Love.