Le Jour de John Frum

février 16, 2009 by

Hier, comme tous les 15 février sur l’île de Tanna, à Vanuatu dans le Pacifique Sud, c’était le Jour de John Frum.

Chaque année à cette date, des centaines de personnes viennent au petit village de Lamakara depuis toute l’île pour célébrer leur dévotion à leur divinité, John Frum. Ces fidèles sont décrits par les anthropologues comme membres d’un “culte du cargo”, et celui de John Frum est l’un des derniers qui existent.

johnfrumcargocult.jpg

De nombreux cultes du cargo firent leur apparition dans les villages du Pacifique Sud pendant la Seconde Guerre Mondiale, après que des centaines de milliers de soldats américains arrivèrent du ciel et de la mer avec des quantités incroyables de matériel et de provisions. Lorsqu’ils repartirent, les indigènes commencèrent à prier pour le retour des cargos.

On suppose souvent que le nom de “John Frum” soit issu d’une déformation de “John from America” (John d’Amérique). Les adeptes du culte croient que John Frum sera de retour un 15 février, apportant plein de choses comme il l’a fait pendant la guerre.

Hier à Lamakara, les “cargoïstes” se sont donc habillés en G.I., se sont peint “U.S.A.” sur leur torse, hissé le drapeau américain, fabriqué des pistes d’atterrissage symboliques, transporté des baïonnettes de bambou, et marché jusqu’au sommet du volcan local, Yasur1.

Étrangement, le thème central du John Frumisme2 est le rejet de l’occident et du capitalisme : aucun argent ne circule, chaque personne travaille pour la communauté et a des tâches particulières à effectuer, celles-ci devant être effectuées sans attendre quelque chose en retour.

Plus d’information sur la Wikipédia sur le Culte du cargo et John Frum.

Merci à Brett Hanover.


  1. “Le volcan le plus accessible du monde”. 

  2. Oui, j’ai inventé ce terme, mais je ne suis pas le seul