Le Désert d'Atacama (Semaine du Désert)

juin 23, 2008 by

Nous achevons la première Semaine du Désert sur GSS! Pour célébrer une tradition à venir, nous avons posté principalement des articles sur des déserts. Pendant une semaine!

Le Désert d’Atacama est un plateau aride du Chili, en Amérique du Sud. Constitué d’étendues de sel, de sable et de coulées de lave, le désert de 181.300 km2 est âgé de plus de 20 millions d’années, et avec ses 3mm de pluie par an il est considéré comme l’un des endroits les plus secs de la planète. Des sites comme la Vallée de la Lune (Valle de la Luna) n’ont pas connu une seule goutte de pluie depuis des siècles.


Valle de la Luna (Wikipédia) visible en bas à gauche (photo)

Cet étrange paysage n’est pourtant pas vide de vie. Dans l’est de la Vallée de la Lune, on trouve le village de San Pedro de Atacama, qui s’est développé au milieu du désert grâce à une oasis. Des gens habitent même là depuis très longtemps – les ruines de Aldea de Tulor datent de 800 ans avant JC.


Aldea de Tulor (photo)

Le Désert d’Atacama est incroyablement riche en cuivre, et les deux plus grandes mines de cuivre du monde, Chuquicamata et Escondida sont toutes les deux là. Escondida à elle seule a produit 1,483 million de tonnes de cuivre en 2007 – 9,5% de la production mondiale.


Chuquicamata (Wikipédia) et Escondida (Wikipédia)

Les mines de la région n’ont toutefois pas toujours rencontré le succès – on trouve dans le désert d’Atacama les ruines de 170 mines de nitrate de sodium (ou Salpêtre du Chili) abandonnées, qui ont toutes (sauf une) fermées après que les allemands aient inventé un substitut synthétique au début du 20ème siècle.

Les plus grandes de ces mines abandonnées sont les Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura, qui font aujourd’hui partie du Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Grâce aux conditions climatiques particulièrement sèches, la couverture nuageuse est très rare au dessus de l’Atacama. Si on considère en plus la haute altitude de la région, ça en fait un très bon site pour l’observation des étoiles, ce qui explique le grand nombre d’observatoires par ici, comme l’Observatoire du Cerro Paranal qui abrite le Very Large Telescope (Wikipédia), situé à une altitude de 2 635 mètres.

Merci à Bakan_Vargas, Bleij et Tom.